Mémorandum Forum Economique National du CREM sur le décollage économique de Madagascar

Extrait du Memorandum sur le forum économique national du CREM sur le décollage économique de Madagascar du  26 ET 27 MARS 2018 CARLTON ANOSY ANTANANARIVO

Cela fait 57 ans que les Malgaches ont entendu des promesses politiques pour l’opulence. Les mêmes discours à propos du développement économique à Madagascar se répètent au moins tous les cinq (5) ans. Toutes les qualifications d’espoir ont été prêchées par les régimes successifs. Par contre les résultats escomptés ne sont pas encore au rendez-vous 58 ans après l’indépendance politique de la Grande Ile.

Durant ces longues années, les économistes ont déjà apporté leurs contributions d’une façon ou d’une autre. Malheureusement, les impacts de ces conseils et expertises n’étaient pas non plus satisfaisants.

La dernière décennie a été marquée par les interventions et interpellations du CREM. Le Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar veut apporter plus de précisions et de rigueur concernant la liaison entre l’économie et le politique. Des centaines de conférences sur la conjoncture économique ont été déjà réalisées. Ces conférences reflètent les activités de lobbying du CREM pour influencer indirectement les décisions politiques. Elles  constituent des outiles d’aides à la décision en termes de politique publique nationale en général, ainsi que les stratégies d’insertion internationale. Pourtant, le pays, en 2018 recule toujours dans le classement mondial sur tous les indicateurs de performance économique. Le plus flagrant concerne la pauvreté.

C’est la raison pour laquelle les économistes, regroupés au sein CREM, lancent un appel à leurs homologues, pour la solidarité. Par la suite, trouver ensemble les priorités sur les stratégies pouvant aider à surmonter cette situation de statu quo de sous-développement chronique. Il est nécessaire de conscientiser les citoyens sur la situation économique actuelle. À travers les événements organisés et les supports de communication pour mettre à disposition les expertises du CREM, nous espérons des impacts sur l’amélioration de l’élaboration des différents projets de société des partis politiques. Plus tard, les politiciens auront vraiment des documents de  projets de société  pour faire sortir Madagascar et son peuple de la pauvreté et du marasme économique.

Le CREM a organisé une première édition du forum économique national qui s’est tenu au Carlton le 26 et 27 mars 2018. Le forum économique national contribue énormément à la réalisation des défis, dans lesquels une démarche inclusive pour faire participer tous les acteurs économiques du pays dans le choix et élaboration de la stratégie de développement spécifique pour Madagascar était au centre du débat autour du thème : Les conditions du décollage économique de Madagascar. Le forum a surtout mis en exergue, dans un premier temps, les conditions préalables au décollage économique, qui sont malheureusement mal compris par le public.

Pour les économistes, parler des conditions de décollage sous-entend que des préalables ont été déjà satisfaits. Pourtant Madagascar reste encore coincé dans la réalisation de ces préalables, surtout en ce qui concerne les facteurs non économiques tels que la sécurité, la santé publique, l’énergie, le système financier, la qualification du capital humain, le cadre juridico institutionnel favorisant l’application de la loi sur la concurrence et la propriété privée et intellectuelle, la politique de la transition de l’économie agricole vers une économie industrielle, la stabilité politique, etc. Ces conditions pré-requises sont indispensables pour une vraie transformation de la structure économique de Madagascar. Cette transformation va ensuite améliorer les indicateurs de performance économique tels que la croissance économique, l’inflation, le taux de chômage, l’équilibre extérieur, l’ouverture à l’internationale, ou le taux de change etc.

De ce fait, le forum vise à ce que toute la classe politique ait conscience de l’étendue du chantier pour développer Madagascar. Ainsi, le débat politique à Madagascar ne devrait plus se limiter à la prise de pouvoir pour y perdurer (le fameux « ady seza», si les politiciens malgaches prétendent être de vrais patriotes.

Le constat économique actuel montre que tout le monde n’est pas responsable de ce qui s’est passé depuis l’indépendance, que ce soit au niveau des gouvernants ou des gouvernés. Les Malgaches se trouvent dans leurs petits coins pour essayer de s’en sortir tout seul, en exploitant les efforts des autres et les ressources encore disponibles.

Nous constatons dans ce sens une perte de repère, en termes de valeurs commune et de fierté nationale. C’est en donnant de l’espoir surtout pour les jeunes que nous essayons de collecter au maximum les aspirations du peuple concernant les activités économiques prioritaires, afin de pouvoir les harmoniser avec les notions académiques, pour concevoir et mener ensemble une politique économique inclusive et compréhensible par tous.

Ce Mémorandum sur le Forum Economique National du CREM a pour vocation de repère et guide pour tous ceux qui ont intérêt à miser leurs préoccupations sur un vrai développement économique de Madagascar. Sous prétexte que les conditions préalables du décollage économique soient satisfaites, nous avançons les éléments suivants comme stratégies de croissance économique entretenue.

◊L’autonomie financière,

◊ l’agro-business, l’industrialisation,

◊ le paradoxe du secteur minier

◊la portée et limite de la Zone Economique Spéciale. 

Le CREM considère qu »avec une volonté politique plus ferme et une meilleure mobilisation des compétences nationales dans un environnement de bonne gouvernance effective, un Etat dirigé va de pair avec le décollage économique de Madagascar dans la stratégie de la réduction de la pauvreté et la promotion de la croissance inclusive. 

L’abondance des ressources minérales (dotations initiales) ne se traduit pas nécessairement par une profusion. Autrement dit, un pays riche en ressources minières n’est pas instinctivement un pays riche. Pour que le secteur minier devienne un levier de développement, quelques impératifs s’imposent:

Toutefois, « Le miracle économique et social  malgache peut venir des mines, mais sa réalisation ne peut se faire que  sans la mise en place d’une Alternance  citoyenne où  l’honnêteté et la loyauté priment avant tout. Un programme économique sans une vision politique est voué à l’échec.  Ce miracle n’est nullement un rêve, ni une utopie. Sa réalisation ne dépend que de nous. C’est frustrant de lire et d’entendre souvent à travers les organismes internationaux que notre pays se classe parmi les plus corrompus, les plus pauvres, une capitale la plus polluée, où tous les risques existent : risque sanitaire, risque politique, risque climatique, risque sécuritaire et pourtant nous possédons une richesse nationale et des compétences pour inverser nettement cette tendance. »

Nous vous invitons de télécharger ici  la brohure synthétique concernants ces themes qui ont été debattu lors du Forum Economique National. Une version complet sera disponible ultérieurement.