Quelles sont les conditions préalables pour un vrai décollage Economique de Madagascar?

6 réflexions au sujet de « Quelles sont les conditions préalables pour un vrai décollage Economique de Madagascar? »

  1. Ramambavololona Robson Johanès

    Le décollage économique est une expression inventée par ROSTOW. Il suppose la capacité de mobiliser un épargne environ de 10% du pib. La question est donc : quelles sont les conditions pour que Madagascar puisse dégager régulièrement un épargne permettant une croissance autonome ? Le fonds de la question est double : la mobilisation de l’épargne et la transformation de cette épargne en investissement.
    Sans entrer dans les débats théoriques générales, mes propos sont focalisés sur la recherche et sur l’exploitation de fonds intellectuels et mentaux typiquement malgaches. DE GAULE disait à propos de Iraniens qui ont nationalisé l’exploitation du pétrole : « Ils ont leur pétrole, nous avons nos intelligences ». Donald TRUMP parlait de l’ingéniosité de leurs « boys ». Ce n’est pas de la malgachisation au sens littéraire du terme, mais de l’exploitation de ce qui nous est déjà acquis comme étant un patrimoine économique avec lequel, hélas, nous avons construit notre pauvreté. C’est parce que les activités économiques et idéologiques locales de Madagascar depuis et après la colonisation se sont efforcées à dilapider et à dévaloriser ce patrimoine que nous sommes pauvres. C’est dans cet esprit d’exploitation de la mentalité locale et vernaculaire que j’appréhende les conditions préalable de la mobilisation et de la transformation de l’épargne ou de la « dotation initiale » en facteurs de production. Voici quelques lignes de cette transformation :
    1°) Valorisation de la culture malgache : actualisation et différenciation vis-à-vis de la globalisation
    2°) Décentralisation de la prise de décision collective : lutte contre l’oligarchie et contrôle locale des ressources naturelles et intellectuelles
    3°) Restructuration de la hiérarchie sociale : primauté du groupe devant l’individu, égalité politique des groupes sociaux,
    4°) Retrait des valeurs qualifiés de « moderne » dans la vie publique. Le présent n’est ni « moderne » ni « traditionnel ».

    Répondre
  2. Le Controleur des Impots Economiste oublié

    Desolé de vous offenser, Madame! Mais, permettez moi de vous dire que ROSTOW était déjà critiqué sur sa vision linéaire du développement, et il parait que vous le suivez. A mon avis, nos conditions du décollage economique devraient etre basées sur ce que nous avons. En d’autres termes, « optimiser » nos atouts de manière à créer « un effet d’entrainement » sur l’economie.
    Par ailleurs, la mise en place d’une institution forte capable de diminuer automatiquement la CORRUPTION, les ABUS DU POUVOIR (il y a déjà une loi interdisant et pénalisant sévèrement « ces virus » de notre société mais il semble inéfficace) . Comme disait l’expression du l’ancien président Barack Obama, je cite: « on a besoin d’une institution forte et non des hommes forts ».

    Nota Bene: j’espère que je parle à un Economiste pour comprendre les termes tels que « optimisation, effet d’entrainement ».

    Répondre
  3. RAMAMBAVOLOLONA Robson Johanès

    Bonjour,
    Je suis d’accord pour  » la mise en place d’une institution forte ». Mais où va-t-on la trouver ? Ou peut-être, qui va l’implanter ? Le problème, d’accord, ce n’est pas l’homme fort, mais le Malgache fort. La solution, il me semble, est l’évènement choc qui entraine la mobilisation des forces du Malgache : force intellectuel, spirituel, etc., bref une sorte d’évènement qui oblige le Malgache a avoir un regard en arrière, pour ne pas foncer tout droit dans le chemin appauvrissant qu’il fréquente maintenant. Ce regard se porte sur « ce que nous avons » – que j’ajouterai « encore ».
    Ce qui manque dans notre conception de développement est donc un repère conceptuel ou idéologique sur la base duquel nous pouvons re-fonder le décollage économique. Nous avons encore ces concepts et idées, mais ils sont ensevelis sous des fatras d’idéologies et philosophie, voire des concepts, étrangers.
    Aussi, comme programme de recherche, je propose une investigation profonde dans la culture économique malgache, exploiter le nuances de discours sur les rapports sociaux de production et de coopération.

    Répondre
  4. Rakotomalala

    Décollage économique :
    Afin d’éviter de débattre sur les principes et fondement du sujet à développer, partons par des points qui definissent l’endemicité du cas de Madagascar pour que parallèlement nous citons les solutions. Il est important de dresser les maux qui étrangle l’économie et le développement du pays, prennent quelques points non exhaustifs majeurs :
    La corruption
    L’insécurité
    La santé
    L’éducation et la formation
    La mauvaise orientation politique
    Le dysfonctionnement de l’administration
    Mauvaises exploitations des ressources naturelles
    À travers ces sept points on voit l’impossibilité d’un de développement sain et réaliste, ainsi il faudra remédier et établir des priorisations sur les sept maux qui nous tuent à cœur, moyen et long terme pour parler de développement pour amener une dynamique de décollage économique.
    Bref, avec un bon diagnostique de la situation réelle le processus de décollage est déjà à moitié entamée. vient les bons remède technique et politique avec l’optimisation motivée d’une vision d’un monde meilleur le processus de décollage est dressé.
    Fleury RAKOTOMALA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *