Sommet de la francophonie à Madagascar!? une analyse S.W.O.T

6 réflexions au sujet de « Sommet de la francophonie à Madagascar!? une analyse S.W.O.T »

  1. Rado

    La francophonie!?
    L’appartenance à l’OIF représente quoi pour vous en tant que citoyen Malagasy?
    Madagascar va accueillir le sommet de la francophonie ce mois de novembre pour cette année 2016.
    Les hypothèses suivantes méritent d’être soulevées pour formuler une recette optimale à l’ issue :

    1) Madagascar a une économie extravertie et désarticulée
    2) le pouvoir d’achat de la population Malagasy ne permet pas de capter les signaux émis par le marché local pour s’investir
    3) Le climat des affaires à Madagascar n’attire pas du talent
    4) La croissance économique Malagasy reste vulnérable aux chocs
    5) Madagascar n’a pas suffisamment de produits d’exportations (en quantité et en qualité) pour séduire les pays visiteurs sur le commerce international
    6) L’environnement politique et économique mondial ne fait qu’affaiblir le pouvoir de négociation des diplomates Malagasy sur la conquête du marché mondial que ce soit sur le plan technologique et environnemental.
    7) La menace terroriste est permanente

    Répondre
      1. Gasy2017

        I agree with you that the current way we are handling our membership in Francophonie is just strengthening France dominance and promoting their own culture. However, I think it’s none of France’s fault, it’s all our leaders who are not seeking any benefit but just showing loyalty to France for political purpose.

        It should be a platform for economical cooperation and partnership opportunities.

        This is one of main issue of Africa. We are always blaming the colonisation as source of all our bad. We got already our independency for almost 60 years now and can’t argue on it anymore.

        The main source of our poverty is the bad leadership and widespread corruption.

        France is just doing what they should do. They are protecting their own interests which is the right thing to do. We should do the same.

        Répondre
  2. RANDRIAMANALINA Tsoavina

    La francophonie, pour moi personnellement, c’est surtout une organisation à vocation éducative, et ce depuis bien longtemps. En effet ; dès mes années collèges, j’ai participé plusieurs fois au concours de « dictée francophone » ; ensuite, durant mes années lycées, j’ai participé à plusieurs concours organisés par la francophonie: jeux de type question pour un champion, concours de rédaction, francofourires, … Et puis, en 2009, j’ai eu la chance d’être sélectionné parmi les auditeurs malgaches de l’Institut de la Francophonie pour l’Entrepreneuriat (IFE île Maurice), donc boursier de l’AUF. Et encore récemment, j’ai eu l’occasion de participer au forum mondial de la langue française organisé à Liège (Belgique), un forum qui a eu pour objectif de réunir les jeunes francophones créatifs et dynamiques du monde entier et dont le thème portait sur la créativité et l’innovation dans le monde francophone. Mon projet qui m’a permis d’être sélectionné est un projet qui concerne l’entrepreneuriat pédagogique.
    Maintenant, si vous me demandez de faire une analyse FFOM (soyons francophone émoticône wink ), du sommet de la francophonie qui va se dérouler chez nous au mois de novembre, les points forts vont logiquement donc parler de cette vocation pédagogique de l’organisation.
    FORCES (de M/car pour l’accueil de ce sommet): Le pays désire l’accueillir depuis pas mal de temps, donc il reçoit l’adhésion de la majorité. L’hospitalité propre aux Malgaches. Le pays dispose des personnes ressources nécessaires pour un tel événement.
    FAIBLESSES: Ressources financières insuffisantes. Manque d’expérience du pays dans l’organisation logistique d’un tel événement.
    OPPORTUNITÉS (qui se présente au pays avant, pendant et après le sommet):
    AVANT: Création d’emplois pour la construction des infrastructures d’accueil, les organismes de préparation, …Rénovation des infrastructures existantes (aéroports, routes, …).
    PENDANT: Dynamisme des différents secteurs grâce à la présence sur le pays de plusieurs invités internationaux. Opportunités de réseautage pour les entrepreneurs et les opérateurs économiques, entrée de devise, …
    APRÈS: de nouvelles infrastructures qui vont redynamiser l’économie du pays. En cas de réussite, amélioration de l’image de M/car au niveau international, …
    MENACES (qui se présente au pays avant, pendant et après le sommet):
    AVANT: Risque de troubles politiques.
    PENDANT: Risque de manifestation, de protestation et de revendication des îles éparses
    APRÈS: Utilisation à des fins inutiles des infrastructures nouvellement construites. Organisations non réussies donc gaspillage et mauvaise image du pays au niveau international.
    Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, vous pouvez aussi y contribuer pour bien analyser les enjeux de ce sommet pour le pays.

    Répondre
  3. RANDRIAMANANJARA Fidele

    Il faut savoir que l’ouverture vers la scène internationale est une pratique devenue en vogue et les partenariats n’en sont pas des choses à ne pas se tenter. La Chine, devenue une puissance économique mondiale qui a autrefois fermé sa porte, a fini par lâcher prise qu’elle devient une économie de tendance de notre ère. Donc il faut s’assurer du bénéfice des externalités positives de ce régionalisme.
    Le sommet de la francophonie bientôt accueilli par Madagascar est une occasion pour le pays de montrer ses vertus et de regagner sa crédibilité vis-à-vis des investisseurs étrangers. Une solution qui semble un peu difficile et non IMPOSSIBLE pour les entrepreneurs mais aussi et surtout pour l’Etat de se rattraper des fausses prévisions opérées antérieurement. Cependant, l’économie Malagasy est encore dans un stade qui présente quelques problèmes de décollage. Mais mon opinion est centrée sur l’absence ou du moins l’inefficacité des actions reconstructrices des institutions inclusives et ce valable que ce soit dans le domaine politique, que ce soit dans le domaine économique et social.
    Néanmoins, l’ouverture reste un moyen de développer les échanges et le dynamisme de notre économie. Mais pour accroitre leur efficacité, il faut que les décideurs politiques fassent à ce que la souveraineté de l’Etat Malagasy ne soit pas sur les bancs de touche dans ces jeux. Et en parlant de cela, il n’est que question de volonté politique.
    Et enfin, un dernier point, mais qui se présente comme très importante, la question de sécurité. Donc la sécurité nationale, la sécurité des biens et des personnes … Tout cela reste encore un point d’interrogation. Mais une opportunité se présente pour des accords visant la coopération de Madagascar avec les francophones qui peuvent nous fournir les matériels adéquates pour mener à bien l’efficacité et l’efficience des actions de sécurisation de toute notre frontière aussi bien aérienne que maritime. Reste à savoir que celle-ci (le sommet de la francophonie) ne vas pas fracturer le peu de mur (et c’est bien le cas) qui nous éloigne et nous protège des actions terroristes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *